Catégories

Deportivo aux 24h de l’INSA, Villeurbanne le 23 mai 2014

On aurait dû s’en douter… mais comment a-t-on pu être aussi naïfs… Voilà le malheureux début de live report que je me sens obligé de faire tant la soirée d’hier fût de l’ordre de la catastrophe (pour nous en tout cas, et sûrement pour d’autres par la même).

L’équipe complète de cncrt était présente hier aux 24 heures de l’INSA à Villeurbanne, pour venir apprécier un concert de Deportivo, groupe excellent en conditions live mais ne passant que peu régulièrement dans nos contrées lyonnaises. Cette année, nous avons reçu un mail nous l’indiquant quelques temps avant, les entrées deviennent payantes contrairement aux années précédentes où tout était gratuit. Quand c’est payant généralement les gens vont assister au concert pour profiter de la musique et se faire plaisir.

cncrt_deportivo_20140523-08Mais, et là est le grand problème, ce festival est organisé par des étudiants, sur un campus étudiant, et avec une majorité d’étudiant en tant que public. Et un étudiant qui fait une soirée ça fait quoi donc ? ça picole… et ça picole, et après quand ça a fini ça re-picole de nouveau. Donc étaient présents sur place une poignée de milliers de jeunes cons éméchés, difficile d’utiliser un terme autre que celui-ci tellement il représente la population présente sur place.

Tout aurait pourtant pu commencer correctement. Les billets, payés 10.99€ donc avec un coût plus que raisonnable, indiquaient «dès 19h30», donc nous nous sommes rendus là bas un peu après, vers 19h45. Finalement les « portes » n’ont été ouvertes qu’à 20h40, avec un des organisateurs venant annoncer peu de temps avant l’interdiction de rentrer quelque bouteille que ce soit, y compris de l’eau. Et cela explique probablement l’état avancé des gens présents sur place au début de la soirée : non seulement ils ont fini les bouteilles d’alcool fort qu’ils s’étaient préparés avant de rentrer dans l’enceinte du festival mais en plus, sur place globalement seule la bière coulait à flots. Quel risque réel que trois trentenaires présentant bien comme nous amène une bouteille d’eau de 1L pour éviter d’être déshydratés sur place ? Soit, admettons, ils veulent nous forcer à consommer à l’intérieur. Mais alors, pourquoi avoir les boissons aussi chères ? 3€ la bière de 25cl ou 5€ celle de 50cl (pour de la Kro ça me parait un peu cher au vu de la qualité de la bière sus-mentionnée).

cncrt_deportivo_20140523-01Bref, fini de râler, au moins nous sommes à l’intérieur, ça devrait maintenant aller, non ? La soirée est prévue pour 5 concerts sur la scène principale, et comme l’ouverture s’est faite tard tout se trouve un peu décalé. Deportivo sera sur scène à 22h, hé bien nous attendrons puisque nous sommes venus là pour eux. Qui d’autre à l’affiche ? Afterglow, Is Tropical, Digitalism, Overwerk pour ce qui est de la scène principale (nommée Pression Live, et avec un logo ressemblant tout de même comme une goutte d’eau à celui de Kronenbourg, publicité quand tu nous tiens) avec Deportivo intercalé en seconde position.

Commence donc le tout premier concert de la soirée : Afterglow, groupe local vainqueur d’un tremplin local pour être présent sur cette scène. Première impression : ils devraient apprendre à faire leurs balances correctement, la batterie nous détruit les oreilles d’un bourdonnement incessant. Seconde impression : le chanteur devrait articuler, au lieu de marmoner en anglais avec un accent très facilement discernable. Après quelques morceaux sans grand intérêt musical et dont la seule personne intéressée semble être la nénette à leur stand de merchandising (probablement la petite amie d’un membre du groupe n’ayant pas trop de choix que d’apprécier l’univers musical de son compagnon) le groupe sort l’artillerie lourde en faisant une cover de Smells Like Teen Spirit de Nirvana, histoire de faire bouger un peu la bande d’amorphes qu’ils ont devant les yeux sur le parterre. Même si ça n’en est pas la meilleure reprise qu’il soit (puisqu’aucune personnalisation, pas de transposition du morceau dans un autre univers musical) ça aura l’avantage de réussir à faire sortir de leur torpeur les quelques personnes présentes devant l’estrade géante qu’est cette scène.

cncrt_deportivo_20140523-02cncrt_deportivo_20140523-06Maintenant que la première partie est terminée (« enfin » pourrais-je ajouter par mesquinerie), il est temps de patienter après notre raison d’être venu. Pour pouvoir prendre quelques jolies photos nous avons décider de nous installer sur le côté gauche de la scène, à 5/6 mètres de distance. A priori le choix fût peu judicieux, au vu de la quantité de poivrots au mètre carré. En gros nous avons dû être bousculés 15 fois, sans compter la bière qu’une abrutie m’a renversé dessus, et la quasi-bagarre qui a failli démarrer quand la goutte d’eau a débordé lorsqu’un jeune con (pas d’autre mot, désolé là encore) probablement sous l’effet d’une substance autre que l’alcool au vu de son regard, a trouvé marrant de venir sauter devant nous exprès pour obscurcir le plan de la photo que nous étions en train de prendre. De même ça parlait de partout (fort, sinon ils ne s’entendaient pas bien sûr, quelle idée de mettre la musique si fort quand tous les gens sur place ne sont là que pour raconter leur journée ou leur vie), ça dansait à contre-temps (un pogo sur une chanson acoustique c’est un peu étonnant tout de même), et ça passait son temps à brailler sans aucun respect pour les gens là afin d’apprécier la musique.

Nous en avons été tellement décontenancé que nous n’avons pas la setlist à vous indiquer malheureusement, mais je peux vous dire que nous avons eu (dans le désordre) au moins les titres suivants : Domino, Ivres et Débutants, La Brise, Suicide Sunday, La Vie ne Vaut Rien (Alain Souchon), Parmi Eux, La Salade, I Might be Late, Be My Baby (Ronettes), Les Bières Aujourd’hui s’ouvrent Manuellement (Miossec), Roma, Pistolet à Eau, Paratonnerre. Pour ce qui est des autres titres malheureusement nous ne les avons plus en tête.

cncrt_deportivo_20140523-05Deportivo est toujours un groupe aussi jouissif à voir sur scène, avec l’addition depuis la dernière fois que nous les avions vu (en 2007… ça date…) d’un nouveau second guitariste (Cédric Le Roux) vu sur d’autres tournées auparavant en compagnie de Saez, Lescop ou Joseph d’Anvers. Mon seul regret depuis l’époque ? Jérome Coudanne (le chanteur) a fini par muer… c’est bête j’aimais bien la voix que ça lui donnait auparavant. Mais en contrepartie l’âge par contre a permis une justesse musicale qui était moins présente auparavant (non pas que l’aspect un tant soit peu brouillon d’un concert soit un mal).

Mais nous aurons bientôt une nouvelle chance d’apprécier leurs prestations live, puisque si l’on en croit leur page facebook il est d’ailleurs fort probable que nous ayons la possibilité de les revoir dans le coin d’ici à Novembre de cette même année. Ca nous permettra par la même occasion d’exorciser la soirée d’hier. Vite!

site officiel du groupe : deportivo.fr
site officiel du festival : 24heures.org


Partager sur :