Catégories

Björk à l’Olympia le 25 Juin 2008

Olympia de BjörkAller-retour express à Paris (départ : 13h30 de Lyon, petit arrêt à Mâcon entre 14h et 14h30 pour rejoindre un ami afin de covoiturer, retour : 4h45), il y a deux jours, pour ce concert exceptionnel. Pourquoi exceptionnel ? Parce que organisé dans la précipitation ou tout du moins annoncé et mis en vente une quinzaine de jours avant la date du concert, comme si Björk s’était soudainement rendue compte que rien n’avait été filmé pour immortaliser le Volta Tour sur DVD. Parce qu’un concert de Björk c’est déjà rare dans des salles « normales », alors un concert à l’Olympia, c’est exceptionnel ! Même si le concert a rapidement affiché complet sur le site de la fnac, une remise en vente a été faite quelques jours avant le concert et des places étaient également en vente au guichet de la salle. Sans compter les nombreux vendeurs sur le trottoir. Au final, la salle n’était pas remplie…

C’est le troisième concert de cette tournée auquel j’assistais (après Nîmes et Rock En Seine en août dernier) et je me demandais comment tout le décor allait tenir dans une salle aussi petite… Finalement tout a tenu, des effets pyrotechniques ont même été rajoutés sur certains morceaux. Les deux caméras présentes sur scène se fondaient bien dans le décor, les cinq autres étaient en fosse ou suspendue à la mezzanine donc absolument pas gênantes. Au contraire même, puisque les deux caméras latérales préservaient 3 ou 4 mètres de libre sur les cotés de la scène, ce qui nous a permis de nous faufiler tout près de la scène malgré l’heure (19h30 pour un concert annoncé à 20h00) où nous avons pénétré dans la salle.

Le concert commencera finalement vers 20h40 avec l’arrivée en file indienne des Wonder Brass, fanfare de dix islandaises encombrées de cuivres, suivi des musiciens accompagnant Björk qui arrivera quelques secondes plus tard au son des premières notes de Earth Intruders, premier morceau de Volta et de la plupart des concerts de la tournée. Le morceau fini, tout s’enchaine rapidement avec un triptyque issu d’Homogenic parfaitement maitrisé : Hunter, Immature, Joga. Retour aux deux derniers albums, Medulla et Volta, qui seront très présents durant ce concert et donc sur le futur DVD, peut être pour compenser l’absence de tournée pour Medulla. Björk nous préparerait-elle un DVD deux en un?

robe arc-en-ciel pour Björk

Petit intermède avec une version instrumental d’Oceania durant lequel Björk changera de tenue, de maquillage et de coupe de cheveux. Cette seconde partie de set est entamée avec Desired Constellation, titre de Medulla déjà présent sur la tournée de 2003, morceau tout en douceur contrastant avec la violence d’Army Of Me qui fera décoller la fosse, le plancher-trampoline de l’Olympia a également bien aidé ! L’effet trampoline se poursuivra sur Innocence, jouée dans une version un peu remaniée, et Triumph Of A Heart, identique à la version studio. Et voilà le moment que beaucoup attendent : Bachelorette s’amorce. Des « technical difficulties » obligent la troupe à reprendre le morceau. Et là, nouveau problème… Björk coince dans les aigües du début du premier refrain. Une petite cuillère de miel (ou quelque chose du genre), un petit coup de boisson magique et ça repart, non sans difficultés. Je ne pense pas qu’on pourra apprécier cette performance sur le DVD… Retour au calme avec Vokuro accompagné d’un clavecin avant la tempête amorcée par Wanderlust et poursuivi par un enchaînement Hyperballad/Pluto (trop) plein de basses. Toute l’équipe repart en coulisse sous les applaudissements d’un public enthousiaste qui en redemande.

Après de longues minutes de chant et d’applaudissements, tout le monde est à nouveau sur scène pour une « berceuse avant d’aller dormir », drôle de présentation pour Declare Independance qui conclut magnifiquement ce concert sous les confettis et les drapeaux tibétains brandis par le public.

Et voilà, il est 22h25, le concert se termine, on sort rapidement vu qu’on était à coté de la sortie à l’avant de la scène. Retour à la voiture et départ pour Mâcon, on se dit « chouette, on sera rentré pas trop tard ». C’était sans compter sur l’intelligence du BTP parisien qui commence les travaux de réfections du périph’ à tout juste 23h00… Résultat : 1h pour rejoindre l’autoroute. Une 2 CV n’y a pas résisté…

Björk Setlist L'Olympia Bruno Coquatrix, Paris, France 2008, Volta Tour

Partager sur :