Catégories

Nuits de Fourvière : qui est invité ?

Plusieurs articles de presse ont fait écho au début du mois au rapport de la chambre régionale des comptes portant sur la gestion de la régie des Nuits de Fourvière sur la période 2007-2013.

Ce rapport de 57 pages est accessible à tous sur le site de la Cour des Comptes et des Chambres Régionales des Comptes.

Sa lecture donne lieu à diverses interprétations, du Progrès qui ne trouve que du positif (Nuits de Fourvière : les bonnes notes de la chambre régionale des comptes) à Lyon Capitale qui est plus mesuré (Nuits de Fourvière : mise en garde de la chambre régionale des comptes).

Ce rapport salue le développement du festival et sa situation financière, et déplore des lacunes sur la mise en place d’une « véritable politique tarifaire, en particulier au regard de l’une des missions assignées à la régie, visant à permettre l’accès du festival à tous les publics ».
Mais par la même occasion, ce rapport met en lumière les coulisses du festival, et permet de répondre à certaines interrogations soulevées en 2014 sur le fonctionnement du Village (la formule VIP du festival) et les invitations en général (cf. les débats enflammés en réaction à l’article Nuits de Fourvière 2014 (2013, 2012 …) : overdose de VIP et accueil oppressant).

Premier enseignement (chapitre 3.2.1.3 du rapport, pages 23 à 25), sur une édition du festival, les places « gratuites » représentent en moyenne « entre 11 et 12 % des places ».

Sur l’exercice 2013 (chiffres les plus récents), les 13 043 places gratuites (11,6% des places de la saison) tracées par le festival étaient réparties ainsi :
– 43% (5617 places) dans une catégorie générique « Nuits de Fourvière » qui ne laisse « pas toujours apparaître clairement à quel titre les personnes concernées figurent parmi les invités » et au contenu malheureusement très hétérogène (en vrac: enfants de moins de 7 ans, directeurs de salles de spectacles, collectivités territoriales et institutions diverses, et sur les spectacles non complets, personnel du festival)
– 14% (1795 places) pour les producteurs des spectacles
– 12% (1507 places Village) pour les partenaires et mécènes
– 8% (1101 places) pour la presse
– 8% (1097 places) pour l’association « Culture pour tous »
– 8% (1058 places dont 324 places Village) pour le département
– 7% (868 places) pour les riverains du festival en contrepartie du dérangement engendré

Répartition des places exonérées aux Nuits de Fourvière 2013

Concernant les places allouées à l’époque au département, et au risque de faire dans la facilité, le dispositif semble avoir connu quelques lacunes :

«En application de la convention de gestion, « conformément aux usages », 70 places de spectacle par soir sont, en effet, réservées gratuitement au département du Rhône, le prix de revient des repas servis dans le cadre de la prestation Village, étant toutefois refacturé à la collectivité. (…) Chaque élu bénéficie d’un badge nominatif qui lui donne un accès à tous les spectacles, accompagné de la personne de son choix (…) La liste des invités montre que (…) les noms des enfants de l’élu, voire même d’amis, [figurent] parfois seuls en face de deux voire quatre places exonérées.»

 

Deuxième enseignement, le chapitre 3.2.2 du rapport (pages 25 à 30) détaille les relations entre le festival et les entreprises privées.

Ces entreprises représentent une source de financement supplémentaire pour le festival : en 2015, 1,8 millions sur les 12,4 millions d’euros de budget (3,7 millions d’euros de subvention et 6,9 millions d’euros de billetterie, bar, …) d’après le site officiel des Nuits qui dispose des chiffres les plus récents.

Il faut cependant préciser que si l’entreprise effectue un don au festival dans le cadre du mécénat, elle peut déduire de son impôt 60% du montant donné, et peut en outre bénéficier de contreparties (par exemple, des places au Village ou la mention de l’entreprise sur les supports de communication du festival), tant que ces contreparties ne dépassent pas 25% du montant du don.

Des exemples sont donnés sur les pages Entreprises du site officiel des Nuits de Fourvière :

«A titre d’exemple, un investissement initial de 50 000€ coûte réellement 7 500€, après une déduction fiscale de 30 000€ et des contreparties de 12 500€.»

Point litigieux soulevé dans ce rapport, la valeur des contreparties accordées aux mécènes semble parfois sous-estimée d’après la chambre régionale des comptes.
De façon générale, les chapitres traitant du mécénat soulèvent quelques interrogations (« Des risques juridiques », « Des mécènes également fournisseurs », « Le risque de déséquilibre de certains partenariats ») et indique des points sur lesquels le festival devrait se montrer plus vigilant.

Concernant le dispositif du Village, nous l’avons vu, une partie des places sont donc données aux entreprises comme contreparties, mais la plupart sont effectivement payées. Sur le total de la saison 2013, 5700 places ont été réservées au Village.

Le Village reçoit, en moyenne, 200 personnes par soir sur 15 à 30 soirées organisées chaque année. 5 700 personnes ont ainsi été accueillies au Village en 2013. La majorité des places sont vendues mais un quart sont des places exonérées, données à des entreprises dans le cadre de partenariats en contrepartie de prestations. Le nombre de places vendues a progressé de 68 % entre 2007 et 2013.

 

Enfin, dans un registre plus léger, les annexes (pages 53 et suivantes) nous apprennent quels spectacles ont rencontré un franc succès entre 2011 et 2013, et quels spectacles n’ont pas franchi la barre des 50% de fréquentation, et il y a parfois des surprises !
On n’en dit pas plus, en espérant vous donner l’envie de jeter un œil à ce rapport très instructif !


Partager sur :